Prendre le détour pour la présidentielle 2017

Il y a de ces occasions qui nous font prendre un détour, parfois par obligation, parfois par intérêt personnel. Dans le cadre de ce projet-ci, c’est principalement l’ampleur de la tâche qui attire, celle d’aller couvrir, sur la route en « backpack », la prochaine présidentielle française. Une présidentielle qui, tout comme celle américaine, pourrait bien nous réserver des surprises et des revirements.

D’ailleurs, même si les candidatures officielles ne seront déposées que le 17 mars prochain, la campagne a déjà commencé à surprendre. Que ce soit avec l’hologramme de Jean-Luc Mélenchon, l’intensité du jeune Emmanuel Macron, le scandale entourant François Fillon, la sélection surprise de Benoît Hamon pour représenter la gauche ou encore les sondages favorables au FN et à Marine Le Pen, la course vers l’Élysée est bien entamée et les yeux de toute l’Europe seront tournés vers la France au cours des prochaines semaines.

Pourquoi? Parce que les électeurs français sont particulièrement indécis à deux mois du premier tour et la France pourrait bien emboiter le pas pris par les États-Unis et se ranger à droite, très à droite même. Les derniers sondages donnent Le Pen favorite pour passer le premier tour avec environ 26 % des intentions de vote, suivi de Macron à 23 %. Celle qui se compare à Trump pourrait donc avoir de réelles chances d’excéder au pouvoir.

Puis, après le Brexit anglais et les nombreux attentats terroristes qui ont été perpétrés sur le territoire européen dans la dernière année, il règne présentement en Europe une atmosphère politique qui pourrait avantager les euro-sceptiques et anti-immigrations de la droite et de l’extrême droite. Cette atmosphère pourrait donc transparaitre dans le vote de la population. D’abord, aux Pays-Bas le 15 mars prochain alors que le Parti pour la liberté (PVV, extrême droite) de Geert Wilders, candidat anti-islam, est en tête des sondages. Puis, avec la France au début mai.

Peut-être verrons-nous alors le début d’un effet domino frapper l’Europe et ainsi changer de beaucoup le portrait politique du vieux continent. Cette situation rendrait d’ailleurs la prochaine élection allemande à l’automne bien difficile pour l’actuelle chancelière, Angela Merkel, elle qui se représente et qui pourrait alors être la dernière muraille politique d’une Europe unie et très ouverte à l’immigration.

Ce que propose le Détour

Avec une telle attention tournée vers la France et l’Europe, l’envie d’aller se plonger au cœur de cette histoire était tout simplement trop grande. Du 8 mars au 14 mai prochain, je prendrai donc un détour dans mon parcours professionnel afin de couvrir la prochaine présidentielle dans toute la France. Non pas pour couvrir les candidats, mais pour aller à la rencontre des Français eux-mêmes.

Pour cela, je m’efforcerai donc de me déplacer le plus souvent en stop et en covoiturage ou encore en faisant du camping dans des champs de gentils fermiers ou en profitant de toutes les occasions d’hébergements afin de rencontrer des gens et découvrir, de région en région, les enjeux qui marquent les Français.

En fait, dans mon cas, ce n’est pas tout à fait un détour puisque j’ai toujours aimé la politique et l’actualité internationale. Il s’agira d’un 3e déplacement à l’étranger pour le travail après la Scandinavie, le Chili et le Mexique. Mais, ce sera un détour pour la plupart des Québécois alors que l’information internationale n’atteint en moyenne que 2,06 % de toute l’attention médiatique dans la province selon la firme Influence Communication.

Le Détour se veut donc aussi une occasion d’offrir de l’information internationale de qualité à qui en veut bien, en espérant pouvoir dépasser l’attention médiatique du Québec sur ce thème en 2016 qui a atteint un sommet à 4,09 % en raison de l’élection américaine.

Pour les prochaines semaines, je vous propose donc un itinéraire atypique sur la voie de l’actualité internationale afin de vous permettre de découvrir, en moins de 15 minutes, un angle différent de la présidentielle 2017 pour une couverture différente et sans détour.

Prendrez-vous le Détour avec moi?